Imprimer Imprimer

Envoyer à un ami Envoyer
à un ami

Mobilisation du 22 mai 2008 : Une belle réussite dans les transports

A l’appel des 5 confédérations CGT, CFDT, FO, CFTC, CFE-CGC, les salariés du privé et du public étaient appelés à se mobiliser contre la réforme des retraites instaurant notamment une augmentation de la durée de cotisation à 41 ans.

Face à cette décision gouvernementale qui s’est faite sans aucune réelle négociation, les salariés des transports ont réaffirmé hier leur opposition à cette réforme. Le nombre d’entreprise touchée par des mouvements de grève fut très importante, malgré la tentative par le patronat d’utiliser la loi du 21 août 2007 dite du « service minimum » pour empêcher les salariés de se mettre en grève en contestant les préavis déposés et en menaçant de sanctions.

L’action était interprofessionnelle. Elle concernait tous les secteurs de la vie économique. L’objectif recherché n’était pas de paralyser le pays mais bien de favoriser la réussite des rassemblements les plus importants en province et à Paris. Avec 700 000 manifestants dans toute la France, l’objectif est largement réalisé.

Tous les secteurs d’acticité de notre fédération étaient dans l’action. Au-delà des salariés des 56 réseaux de transports urbains de province, de la RATP, d’Air France, ceux de dizaines d’entreprises du transport routier, du nettoiement, des sociétés d’autoroute ont participé de manière active à la mobilisation du 22.

Il est donc maintenant clair que le gouvernement se doit d’entendre le messagefaute de quoi les salariés seraient amenés à lui en adresser un nouveau. D’autres choix sont possibles pour la pérennité d’un système de retraite solidaire dans ce pays . la Cgt en a proposé un certain nombre. Le gouvernement se doit d’ouvrir rapidement une véritable négociation pour écouter et modifier substantiellement son projet.

Dans nos métiers du transport, la question de la pénibilité au travail est une question essentielle. L’échec de la négociation interprofessionnelle sur cette question, due à l’attitude du MEDEF, doit amener le gouvernement à prendre ses responsabilités. Le départ anticipé pour un certain nombre de salariés, l’amélioration substantielle des conditions de travail sont des thèmes que nous ne pouvons traiter séparément de la question des retraites.

Sur tous ces sujets, si, malgré ce 22 mai 2008, le gouvernement se refusait de revoir sa copie, il est évident que la Fédération Nationale des syndicats de transports Cgt, en lien avec la confédération, appellera de nouveau à la mobilisation dans les prochains jours

Site propulsé par Spip