Imprimer Imprimer

Envoyer à un ami Envoyer
à un ami

La CES souligne le besoin de solidarité européenne pour combattre la crise et la spéculation financière

Le Sommet européen d’hier a décidé d’aider les États membres d’Europe centrale et orientale à faire face à la crise financière au cas par cas. La Confédération européenne des syndicats (CES) craint qu’une telle approche graduelle soit insuffisante.

Afin de faire face à une éventuelle contagion des marchés financiers, propageant la crise d’un pays à l’autre, la CES demande une augmentation sensible de la balance des paiements de la Commission par rapport à son niveau actuel de 25 milliards d’euros.

La CES appelle également la Commission à ne pas permettre au Fonds monétaire international d’abuser des crises monétaires pour imposer des conditions de prêt minant le modèle social européen.

Selon Reiner Hoffmann, Secrétaire général adjoint de la CES : « Nous ne pouvons livrer les emplois et les systèmes sociaux de nombreux États membres d’Europe orientale à l’irrationalité des marchés financiers. L’Europe doit indiquer avec force qu’elle est prête à aider tous les États membres à lutter contre les attaques spéculatives et à protéger le modèle social européen ».

La CES parle d’une seule voix au nom des intérêts communs des travailleurs au niveau européen. Fondée en 1973, elle représente aujourd’hui 82 organisations syndicales dans 36 pays européens ainsi que 12 fédérations sectorielles.

Bruxelles, le 2 mars 2009

Site propulsé par Spip