Imprimer Imprimer

Envoyer à un ami Envoyer
à un ami

LA CES ATTEND DE LA PRÉSIDENCE SUÉDOISE QU’ELLE S’ATTAQUE AUX PRÉOCCUPATIONS URGENTES DES TRAVAILLEURS EUROPÉENS

Le mémorandum de la CES appelle la nouvelle présidence tournante à relever les défis importants auxquels l’UE est confrontée : la crise économique actuelle, le changement climatique et l’application du traité de Lisbonne affirmant les droits sociaux et fondamentaux.

La CES regrette que la dimension sociale de l’Europe ne semble plus figurer parmi les priorités de la Présidence suédoise. John Monks, Secrétaire général de la CES, a déclaré : « A un moment où le chômage augmente, nous pensons que l’Union européenne devrait envoyer un signal clair indiquant qu’elle comprend les préoccupations les plus urgentes des travailleurs européens et qu’est disposée à agir ».

Le premier et le plus grand défi consistera à guider l’Europe à travers la crise financière, économique et sociale, à préserver les emplois existants, à créer les conditions nécessaires à la création d’emplois plus nombreux et de meilleure qualité et à proposer la régulation des marchés financiers. Le deuxième défi majeur consiste à assurer l’issue heureuse du référendum irlandais et une transition sans heurts du traité de Nice au traité de Lisbonne, en d’autres termes : donner à l’Europe un nouvel élan politique. Lorsque le traité de Lisbonne entrera en vigueur, les institutions européennes devront accorder la priorité au « plein emploi » et à la solidarité. Le troisième défi est l’agenda du changement climatique dans la perspective de la Conférence de Copenhague. Il est temps pour l’Europe d’investir dans des emplois plus nombreux et de meilleure qualité, d’encourager l’innovation, la recherche et le développement et l’emploi dans les industries clés, d’investir dans de nouvelles technologies vertes et durables, de soutenir les services publics de grande qualité, d’offrir aux travailleurs les qualifications requises par l’économie de demain, à faible teneur en carbone, dans le cadre de la technologie verte et de meilleurs emplois qualifiés.

Afin de regagner le soutien des travailleurs à l’égard de l’UE, il est urgent d’affirmer la primauté des droits fondamentaux sur les règles du marché unique. La CES espère que la présidence suédoise corrigera les jugements de la Cour de justice européenne (CJE) qui ont élevé la libre circulation au-dessus du respect des conventions collectives et permis le développement des réductions et des inégalités de salaires.

Pour sa part, la CES a déjà présenté plusieurs propositions en la matière telles que le fait d’annexer un protocole de progrès social au traité de Lisbonne, afin d’affirmer la primauté des droits fondamentaux sur le marché unique, et une refonte de la directive sur le détachement.

La CES appelle la Présidence à annexer aux traités un protocole de progrès social et donc à indiquer à la CJE qu’il convient de respecter les droits fondamentaux dans le marché unique. Sinon, la pression exercée sur les syndicats afin qu’ils se tournent contre le marché unique s’intensifiera encore, ce ne fera que compliquer la crise actuelle. L’impression que le « laissez faire » est le principe directeur en la matière ne cesse de se répandre et la CES espère recevoir suffisamment de soutien pour corriger cette situation.

Bruxelles, le 7 juillet 2009

Site propulsé par Spip