Imprimer Imprimer

Envoyer à un ami Envoyer
à un ami

LA CES DEMANDE AU NOUVEAU PRÉSIDENT DE LA COMMISSION EUROPÉENNE DES GARANTIES DANS LE DOMAINE SOCIAL

Suite à la réélection de José Manuel Barroso à la tête de la Commission européens, la Confédération européenne des syndicats (CES) demande un engagement clair et des garanties au nouveau Président sur les questions sociales. En une période d’insécurité sociale qui devrait perdurer au moins jusqu’en 2010, les garanties sociales sont plus que jamais nécessaires.

Dans son discours du 15 septembre devant le Parlement européen, M. Barroso a dit vouloir faire plus dans le domaine social et être attaché aux droits fondamentaux. Le nouveau Président de la Commission a déclaré vouloir s’engager sur une nouvelle réglementation s’agissant de la directive sur le détachement des travailleurs, voire à une révision si cela était nécessaire.

Suite à ces déclarations, la CES demande un engagement clair et réel sur l’Europe sociale, notamment sur la révision de la directive détachement des travailleurs. De même, les syndicats européens demandent qu’une clause de progrès social soit annexée au prochain traité afin de garantir les droits fondamentaux des citoyens européens et l’égalité de traitement. Malgré certains indicateurs de reprise économique, la crise économique et sociale est loin d’être finie.

Les chiffres du chômage de l’UE devraient augmenter pour atteindre 12 % de la population active fin 2010. Des efforts sans relâche devront être faits pour faire face au chômage galopant et à ses conséquences sociales. La CES rappelle au nouveau Président de la Commission européenne, les revendications contenues dans la Déclaration de Paris, adoptées par les leaders syndicaux européens en juin dernier.

Les syndicats européens demandent que la Commission s’engage pour garantir :
- Des emplois plus nombreux et de meilleure qualité par le biais d’investissements dans un vaste plan européen de relance,
- Des systèmes de protection sociale plus forts afin d’assurer plus de sécurité et d’éviter l’exclusion sociale,
- De meilleurs salaires via le renforcement des négociations collectives,
- La solidarité européenne pour contrer les excès du capitalisme financier.

Bruxelles, le 16 septembre 2009

Site propulsé par Spip