Imprimer Imprimer

Envoyer à un ami Envoyer
à un ami

Second tour des élections régionales du 21 mars 2010 : DECLARATION DE LA CGT

L’expression des électeurs à l’issue du second tour des élections régionales du 21 mars 2010 confirme la tendance déjà observée le 14 mars.

Avec une participation au scrutin, certes insuffisante de l’ordre de 51 % l’expression des électeurs est largement représentative.

Ce sont les listes présentées par les différents partis de gauche qui, le plus souvent, sont renouvelées ou qui accèdent à la direction des conseils régionaux. Les candidats issus de la majorité parlementaire, dont des ministres, sont largement minoritaires. Pourtant, la dernière semaine a été consacrée à chercher un plébiscite à la politique gouvernementale par la médiatisation de la campagne du Premier ministre.

La CGT attend des exécutifs régionaux qu’ils soient à l’écoute des attentes sociales.

Le score obtenu par le Front national conforte la CGT dans son combat contre l’exploitation des peurs, le racisme et la xénophobie. A tendances nationales, il faut des conclusions nationales : c’est bien d’autres orientations dans les domaines économiques et sociaux qui doivent être à l’ordre du jour le plus rapidement possible dans la conduite des entreprises comme dans celle du pays.

Le Président de la République est le premier interpellé par ces votes qui manifestent le très fort mécontentement des salariés, tant du privé que du public, vis-à-vis des politiques en vigueur.

Il apparaît évident que les salariés ne sont pas disposés à être davantage encore les victimes d’une crise dont ils ne sont en rien responsables. Or, les premières déclarations des représentants du gouvernement, tout en reconnaissant une défaite électorale laissent entendre qu’ils feront preuve « de ténacité et de persévérance gardant le cap », notamment pour la réforme des retraites ! Le Président doit prendre en compte les revendications syndicales concernant l’emploi, le niveau des salaires et des retraites comme éléments de justice sociale et facteur de sortie de crise.

La CGT met en garde contre une attitude gouvernementale qui ne manquerait pas d’alourdir encore davantage le climat social dans le pays.

La CGT réitère son appel aux salariés, aux retraités, aux chômeurs à participer très largement à la journée de mobilisations unitaire du 23 mars sur l’emploi, les salaires et les retraites par des arrêts de travail et en assurant le succès des 160 manifestations et rassemblements organisés dans les différents départements.

Montreuil, le 22 mars 2010

Site propulsé par Spip