Imprimer Imprimer

Envoyer à un ami Envoyer
à un ami

Poursuivre la mobilisation pour gagner sur nos revendications !

Depuis de nombreuses semaines les salariés, actifs et retraités, des transports dans un cadre interprofessionnel se mobilisent contre le projet de loi injuste du gouvernement sur les retraites. Malgré la multiplication des manifestations qui ont rassemblé à plusieurs reprises plus de 3 millions de manifestants, ce dernier reste sourd et ne répond en aucune façon à l’expression majoritaire des salariés.

Pour autant les sondages démontrent que d’ores et déjà nous avons gagné la bataille des idées puisqu’une forte majorité des français soutient la démarche des organisations syndicales et aspire à une autre réforme. C’est une première défaite très lourde pour le gouvernement qui malgré les moyens colossaux déployés en terme de communication n’a pas réussi à berner les salariés.

Le débat parlementaire arrive dorénavant à son terme. Toutefois le débat et la mobilisation ne sauraient s’arrêter pour autant. Bien au contraire les confédérations en décidant de 2 nouvelles journées d’actions les 28 octobre et 6 novembre, marquent notre détermination à poursuivre et amplifier le rapport de forces qui s’exprime depuis le printemps.

Dans la fédération, au quotidien, les syndicats se mobilisent sous différentes formes dans un cadre interprofessionnel, afin d’exprimer leur colère, malgré les contraintes liées à la restriction du droit de grève et la réquisition dans certains secteurs. Il ne se passe pas une journée sans que dans chacune des branches de la fédération des initiatives soient prises dans les territoires pour porter nos revendications autour de l’emploi, des salaires et pensions, des retraites et de la défense des services publics.

Pour exemple, d’ores et déjà une action unitaire est à nouveau programmée sur les aéroports le 4 novembre. Dans le prolongement de ces initiatives les unions confédérales de retraités appellent à une journée de mobilisation le 25 novembre pour défendre leur pouvoir d’achat et la protection sociale.

A ce titre, il nous faut continuer à ancrer ces revendications au plan local dans les entreprises, dans les groupes, dans les réunions de négociations des conventions collectives, puisque le patronat porte aussi une forte responsabilité sur l’ensemble de ces sujets.

La bataille est donc loin d’être terminée, le débat des retraites n’est pas clos. Les projets du gouvernement, en particulier le projet de budget 2011 et celui portant sur le financement de la Sécurité Sociale, montrent la volonté du gouvernement d’imposer de nouveaux reculs sociaux et de nouvelles inégalités.

Il est donc essentiel que nous réussissions les prochaines journées de mobilisation pour peser également sur l’ensemble des choix politiques qui seront faits.

Dans cette phase nouvelle de la mobilisation, la fédération appelle l’ensemble de ses syndicats à multiplier les assemblées générales de militants et d’adhérents sur leurs revendications dans les entreprises (salaire, emploi, conditions de travail, pénibilité, retraite).

La dynamique enclenchée doit permettre de continuer le combat sur la retraite et servir de point d’appui pour gagner sur l’ensemble de nos revendications.

Montreuil, le 27 octobre 2010

Site propulsé par Spip