Imprimer Imprimer

Envoyer à un ami Envoyer
à un ami

Avenir de SYSTRA Ingénierie française du transport : Le bon sens et l’intérêt général l’emportent enfin !

Communiqué commun de la Fédération CGT des cheminots et de l’Union Syndicale CGT-RATP

Le dossier SYSTRA vient enfin d’être tranché.

Les PDG de la SNCF et de la RATP ont annoncé, avec la validation du gouvernement, ce jour un accord concernant l’avenir de leur filiale commune d’ingénierie qu’est SYSTRA.

Les points marquants en sont les suivants : - SYSTRA est confirmée comme structure d’ingénierie commune aux deux entreprises publiques pour la France et l’international ; - Elle sera renforcée par l’intégration de Xélis (groupe RATP) et Inéxia (groupe SNCF) ; - La RATP et la SNCF s’engagent à ne pas créer de structure qui ferait concurrence à SYSTRA ; - La gouvernance de SYSTRA sera partagée grâce à une présidence alternée RATP/SNCF.

Nous exprimons, par ce communiqué, notre profonde satisfaction ! La solution retenue rejoint la position et les propositions que nous avions exprimées dans un précédent communiqué commun en date du 9 septembre dernier.

La démonstration est ainsi faite de l’utilité et de la pertinence de l’intervention syndicale dans les choix stratégiques des entreprises, à cette occasion, la CGT démontre combien ses propositions peuvent portée haut les valeurs du service public.

Ce choix des deux entreprises publiques met un terme à la guerre qu’elles se menaient dans le domaine de l’ingénierie et renoue avec la pertinence d’une coopération renforcée, aussi gage d’efficacité économique.

Par cette nouvelle donne, l’ingénierie publique française aura les moyens de se renforcer dans un contexte marqué par le développement des infrastructures de transport collectif partout dans le monde.

Ce qui vient de se décider donne raison à la CGT contre ceux qui, au nom d’un supposé « réalisme », nous enjoignaient d’accepter que les deux entreprises publiques mettent fin à leur travail commun pour s’allier chacune avec des partenaires privés. Cela démontre aussi qu’il n’y a aucune fatalité à ce que les rapports entre RATP et SNCF soient dictés par la logique de concurrence : la puissance publique a les moyens, lorsqu’elle le décide, d’y mettre fin.

Demain il faudra aussi que se mette en place un véritable « Pole public de transports », c’est le sens de notre revendication pour l’intérêt de la collectivité et l’avenir du service public de transports.

Paris, le 28 octobre 2010

Site propulsé par Spip