Imprimer Imprimer

Envoyer à un ami Envoyer
à un ami

Assurance chômage : Le principe d’une baisse des cotisations reste inadmissible !

Le 25 mars 2011 s’est tenue la dernière séance de négociation sur la convention d’assurance chômage. La délégation de la CGT en fait le compte-rendu suivant : Comme cela était prévisible, le MEDEF a porté le principe d’une baisse des cotisations jusqu’en 2016, sous une double condition :
- Deux semestres excédentaires d’au moins 500 millions d’€,
- Un endettement du régime égal ou inférieur à l’équivalent d’un mois et demi de contributions, soit 4 milliard d’euros.

L’intervention des organisations salariales et notamment de la CGT a permis de revenir sur deux injustices.

- En premier lieu, la suppression du coefficient réducteur concernant le calcul des allocations des saisonniers.
- En second lieu, la suspension sur le montant de l’ARE (Allocation de retour à l’emploi) des pensions d’invalidités de 2ème et 3ème catégorie.

Pour la CGT, nous sommes bien loin du compte au regard de la situation :
- Un demandeur d’emploi sur deux n’est pas indemnisé.
- 1,5 millions de demandeurs d’emploi en fins de droits et beaucoup plus dans les prochains mois.
- Un nombre toujours de plus en plus important de demandeurs d’emploi réduits aux minima sociaux.
- Le déficit cumulé de 11 milliard d’€ en 2011 à l’UNEDIC.

Un groupe de travail se réunira toutes les 6 semaines à compter de septembre 2011, pour examiner différents sujets parmi lesquels :

- Les droits rechargeables,
- Activité réduite et activité partielle
- Le report des bornes d’âges de 50 à 52 ans, de 61 à 62 ans.
- L’articulation avec la solidarité nationale.

Pour la CGT, l’essentiel que représentent les ressources à trouver pour satisfaire les besoins des demandeurs d’emploi de plus en plus nombreux, n’a pas trouvé de réponse satisfaisante.

Le texte est donc déséquilibré en faveur du patronat, qui voit sa principale revendication satisfaite.

Site propulsé par Spip