Imprimer Imprimer

Envoyer à un ami Envoyer
à un ami

Mobilisation sur la sauvegarde des CFA. L’action décidée par les militants des transports le 23 mai, est pour la Fédération une réussite.

En effet, plus de 50.000 milles tracts ont été distribués sur les routes lors de cette action d’information consultation, et cette consultation perdure dans les entreprises jusqu’à vendredi 27 mai. Ces plus de 400 militants sur le territoire qui se sont postés sur les points de passage des collègues de la profession.

Cette journée à donner lieu à de nombreux échange entre militants et salariés inquiets sur la survie de leur CFA, tant dans le transport de personnes que celui de la marchandise.

Concernant le Transport de Fonds, la consultation est plus compliquée sur la route, que pour le reste des activité du secteur, mais cela n’a pas empêché de distribuer quelques tracts aux curieux, mais le reste a été effectué en entreprise dès les premiers départs.

Cette journée de consultation conforte les positions de la CGT sur la demande du maintien des départs à 55 ans, surtout pour les salariés ayant effectué des carrières longues et ceux-ci se sentent lésés par le texte proposé par le patronat qui amoindri le cadre de la loi, modifiant les conditions de départ en retraite.

Pour ce qui est des paliers, la majorité des salariés interrogés pense que cela est un minimum à obtenir en contre partie des nombreuses années de contraintes, tant de présence que de service rendu pour les faibles salaires offerts dans le secteur.

Une grande partie des conducteurs ne sont pas au courant des tractations entre patronat et gouvernement sur la finalité du financement des CFA et de plus, colportent de fausses information sur le maintien dans les conditions actuelles des CFA et ceci jusqu’en 2012.

Anecdote de cette journée, un conducteur acceptant de faire un brin de causette, apprend par le militant que l’imposition du gouvernement est de déplacer l’âge de départ en CFA à 57 ans pour les conducteurs nés en juillet 1956 ! Stupeur et indignation, il vient de comprendre qu’il faut qu’il effectue deux années de conduite supplémentaires ! Et se propose d’abandonner son camion sur le champ pour interpeller son employeur qui lui a assuré la semaine d’avant que rien ne changeais.( CQFD.)

Vous l’aurez compris, la mobilisation est plus que possible pour faire entendre nos revendications même si il y a urgence à se faire entendre !

Pour cela, une nouvelle action vous sera proposée dans les jours qui suivent par la Fédération, en relation avec les représentants de vos secteurs. Chacun sait les difficultés du gouvernement à nous écouter sur ce sujet, surtout après le vécu des états généraux du transport, où pour nous, les choses devaient changées.

Mais il est vrai que les promesses n’engagent que ceux qui y croient !

Montreuil le, 25 mai 2011

Site propulsé par Spip