Imprimer Imprimer

Envoyer à un ami Envoyer
à un ami

Mayotte. L’irresponsabilité de l’Etat français devant l’urgence de négociations

Engagée depuis le 27 septembre dernier, la grève contre le prix de la vie à Mayotte a suscité de violentes réactions des forces de l’ordre aux différentes manifestations organisées sur l’ile. Le climat demeure tendu et c’est un bien mauvais calcul que de jouer la carte du pourrissement du conflit social : la grève générale se renforce chaque jour davantage par le soutien actif de la population.

Sur ce territoire, le niveau de développement connaît un retard important par rapport à celui observé en métropole. Le SMIC mahorais ne représente que 85% de sa base en métropole, les allocations familiales sont plus basses que dans les autres pays d’Outre-mer, et le RSA n’existe pas encore. En parallèle, ici comme dans d’autres pays d’outre mer, des situations monopolistiques privées pour la grande distribution, une opacité totale sur la formation des coûts et des prix

Il est temps que s’engagent de réelles négociations et que les représentants de l’Etat français cessent de soutenir les positions du patronat et de la grande distribution pour trouver une issue favorable aux revendications des salariés et de la population mahoraise. D ans ce cadre la CGT renouvelle l’expression de sa totale solidarité aux organisateurs de ce mouvement et notamment à la CGTMa.

Montreuil, le 12 octobre 2011

Site propulsé par Spip