Imprimer Imprimer

Envoyer à un ami Envoyer
à un ami

Le Président répond aux attentes... du Medef !

Le discours du Président de la République sur les réformes sociales à mettre en œuvre prennent appui sur les thèmes qui font les préoccupations sociales exprimées par les français durant les campagnes électorales et dans les derniers sondages : chômage, pouvoir d’achat, retraite, protection sociale en général.

Mais les réponses apportées ne répondront pas aux attentes sociales des salariés. Au contraire, sous couvert de besoin de solidarité, de dialogue social, les mesures qui se dessinent sont de nature à faire peser l’essentiel des efforts demandés pour réformer le contexte social sur les seuls salariés et quasiment rien n’est demandé aux entreprises ; Il est par contre affirmé que réformer les régimes spéciaux serait urgent dans le cadre d’une troisième réforme des retraites. Ce n’est donc pas qu’une question d’équité. En revanche, rien n’est proposé pour prendre en compte la question de la pénibilité au travail. Rien sur le pouvoir d’achat et l’augmentation des salaires.

L’éclatement du système de la sécurité sociale est préfiguré avec la mise en avant de l’assurantiel sur le risque de la dépendance et le financement par les franchises médicales sur la maladie d’alzheimer, le plan cancer ou les soins palliatifs.

Si Nicolas Sarkozy est obligé d’affirmer que les partenaires sociaux sont incontournables et que les réformes se feront en prenant le temps du dialogue social, pour autant le calendrier annoncé au pas de charge dément cette intention. De plus, les mesures annoncées répondent généralement aux souhaits du Medef.

Plus que jamais, la Cgt veut se tourner résolument vers les salariés pour construire avec eux les revendications et les mobilisations autour de leurs attentes sociales.

La manifestation organisée le 13 octobre à Paris par la Fnath et l’Andeva sur la question des conditions de travail, la santé au travail et plus largement la protection sociale sera l’occasion d’affirmer des exigences fortes.

La Cgt appelle ses organisations et les salariés à s’y associer

Site propulsé par Spip